Autoconsommation : comment bien choisir ses panneaux photovoltaïques ?

Autoconsommation

Avec près de 100 000 foyers en autoconsommation électrique en France, la tendance des énergies vertes tend à se confirmer sur l’Hexagone. Produire du courant électrique de manière autonome est en effet devenue une véritable priorité, un détail qui n’échappe pas aux fabricants de panneaux photovoltaïques qui ne cessent d’innover leurs produits. L’installation des modules implique d’ailleurs de nombreux paramètres qu’il convient d’étudier minutieusement avant de faire son choix.

Quelle technologie est faite pour vous ?

Le panneau solaire est fabriqué à partir de cellules semi-conductrices. Il existe plusieurs technologies de cellules sur le marché, qui diffèrent selon leur rendement et leur prix. Pour choisir le matériel le mieux adapté, vous devrez ainsi connaître les différentes technologies existantes, leurs spécificités ainsi que leur compatibilité avec vos besoins.

On distingue actuellement 3 types de technologies sur le marché :

  • Le silicium monocristallin

Il s’agit de la technologie la plus utilisée. Les modèles monocristallins sont de loin ceux qui présentent le meilleur rendement (jusqu’à 25 %). Sensibles à la lumière diffuse, ils sont à préconiser dans le cas d’un ensoleillement faible.

  • Le silicium polycristallin

Les dispositifs polycristallins présentent un rendement compris entre 14 et 18 %. Ils sont particulièrement adaptés dans les zones très ensoleillées.

  • Le silicium amorphe

Bon marché, les modèles dits « amorphes » ont un rendement très faible, qui se rapproche des 6 %. Adaptés aux supports souples, ce type de dispositif convient à une utilisation nomade.

Comment bien choisir la taille de son dispositif ?

La taille de votre module photovoltaïque reposera surtout sur vos besoins. La surface du toit à équiper ainsi que la puissance de l’installation sont également des critères de choix importants à vérifier avant l’achat. En effet, il faut s’assurer que votre toiture puisse accueillir vos installations sans risques, les conditions de charge maximale doivent ainsi être parfaitement respectées. Pour déterminer les dimensions idéales, il faudra dans un premier temps définir votre consommation électrique annuelle. Pour cela, vous pouvez tout simplement vous fier à votre facture et vous en servir comme référence. À titre d’information, un foyer français consomme en moyenne 4500 kWh par an, soit 4 à 5 kWc. Sachant qu’un panneau standard possède une surface qui avoisine les 1,7 m2, il faudra environ 13 à 16 dispositifs dotés d’une puissance de 300 Wc pour combler les 4500 kWh nécessaires par an. Par conséquent, les dimensions recherchées pour l’installation se situent entre 22 et 27 m2.

Optimiser son installation : quelques conseils

Outre le fait de bien les choisir, l’installation de vos équipements doit faire l’objet d’une attention particulière. D’autre part, quelques réflexes simples permettent d’obtenir une efficacité optimale de vos installations, qu’il convient ainsi de ne pas négliger. Pour assurer la qualité de l’installation, il est recommandé de faire appel à des professionnels spécialisés et qualifiés. De préférence, choisissez des techniciens expérimentés et dotés des certifications QualiPV et RGE. Aussi, il est préférable d’opter pour des modèles dont la puissance correspond parfaitement à vos besoins électriques, ni plus ni moins. Les modules trop puissants coûtent cher, tandis que les dispositifs à faible puissance risquent de ne pas combler les besoins de votre habitation. Si vous avez des difficultés à définir la puissance idéale à votre consommation, n’hésitez pas à vous rapprocher d’un professionnel. Pour produire suffisamment d’électricité, les panneaux ont besoin d’un ensoleillement optimal. De ce fait, veillez à ce que vos installations ne soient pas encombrées par l’ombre de végétaux ou des débris. De même, pensez à les entretenir régulièrement afin qu’elles restent parfaitement fonctionnelles.

Autoconsommation : quels sont les dispositifs de financement ?

Depuis quelques années, le passage des foyers aux énergies renouvelables est fortement encouragé par l’Etat. De nombreuses aides financières ont d’ailleurs été mises en place afin de faciliter les travaux. En choisissant de produire votre propre électricité, vous pouvez être éligible aux subventions suivantes :

  • La Prime Autoconsommation

Cette aide vise à réduire le prix d’achat des modules, et concerne toute personne optant pour la transition vers les énergies renouvelables avec vente du surplus.

  • La TVA à taux réduit

Il s’agit d’un avantage fiscal destiné à ceux qui disposent d’une installation dotée d’une puissance maximale de 3 kWc.

  • Le crédit d’impôt Ma Prime Rénov

Aide à la rénovation énergétique, Ma Prime Rénov est versée par l’Anah et est cumulable avec d’autres subventions. Le montant est variable et dépend de nombreux facteurs tels que les revenus du foyer ou encore le montant des travaux.

Comment évaluer la rentabilité d’un panneau solaire ?
Quelle différence entre une éolienne verticale et horizontale ?